Produits et Vidéos
TEKNOMEGA COFLEX : la barre flexible avec la ligne.
Wago - TOPJOB® S Mini : bornes sur rail
Lébénoïd - Dune Casquette ULR…

Solaire photovoltaïque : dynamique, outils et aides… …l’Île-de-France a les moyens d’avancer

À l’échelle de la France comme de l’Île-de-France, la production d’énergie solaire photovoltaïque a connu un pic en 2023 par rapport à l’année 2022. Mais la dynamique francilienne diffère de la dynamique nationale.


Le nombre d’installations, la puissance raccordée et l'énergie injectée sont les trois indicateurs observés ici, avec comme sources de données le Registre des installations de productions d’électricité 2022 et 2023, RTE et la plateforme ODRÉ (Open Data Réseaux Énergies).

Une filière en forte croissance, en Île-de-France comme en France
La France enregistre une évolution de +26 % du nombre d’installations solaires photovoltaïques entre 2022 et 2023, là où l’Île-de-France enregistre une évolution légèrement plus faible de +19 %. En revanche, en Île-de-France, le constat s’inverse pour les deux autres indicateurs : +29 % pour la puissance totale installée par rapport à 2022 (+18 % pour la France), et +47 % pour la production électrique injectée sur les réseaux (+13 % pour la France).
Cela s’explique assez simplement par la taille des installations : plus grosses, mêmes moins nombreuses, elles permettent d’augmenter considérablement la production. C’est le cas en Île-de-France, où ce sont les grandes installations (HTA) qui augmentent le plus en 2023, avec +67 % d’installations au total (+23 % pour la France) et +69 % de production injectée (+15 % pour la France).
Parmi ces installations franciliennes de grandes puissances, on peut notamment citer la première centrale solaire citoyenne mise en service à Etrechy (Essonne), l’installation d’ombrières solaires sur le parking de Disneyland Paris à Chessy (Seine-et-Marne), ou encore la centrale solaire de Triel-sur-Seine (Yvelines) sur un ancien site de stockage de déchets. De nouvelles centrales sont aujourd’hui en cours de construction, plusieurs projets sont sécurisés et d’autres sont à l’étude. Cette hausse constatée en 2023 est donc assurée de se poursuivre en 2024 et dans les années à venir.
Bien que la récente hausse observée repose sur ces grandes installations, il est important de souligner que les projets de plus petite taille (BT) se développent également de façon importante (+25 % de puissance entre 2022 et 2023). Leur développement est impératif pour le développement des énergies renouvelables et notamment au regard des enjeux d’artificialisation et de concurrence d’usage des sols, qui pourront voir ralentir le rythme actuellement soutenu de développement des grandes centrales au sol. Les toitures et les parkings constituent ainsi un gisement prioritaire à mobiliser, permettant aux collectivités et aux acteurs locaux d’agir à leur échelle et sur leur patrimoine.

Un contexte réglementaire fort et ambitieux
Le développement de la filière solaire photovoltaïque s’inscrit dans un contexte réglementaire fort et ambitieux. Face aux impératifs climatiques, plusieurs réglementations concernant le développement des énergies renouvelables, dont le solaire, se sont imposées aux différentes échelles.
Parmi ces réglementations, la loi relative à l’accélération de la production d’énergies renouvelables (loi APER), promulguée le 10 mars 2023, met en avant le développement du solaire photovoltaïque, qui s’affirme à nouveau comme l’un des principaux leviers pour l’atteinte des différents objectifs de transition écologique. Elle introduit plusieurs obligations, dont celle d’équiper les parkings de plus de 1500 m² d’ombrières solaires, d’ici 2026 ou 2028, selon leur taille (seuil de 10 000 m²). Elle incite également les collectivités à définir des zones d’accélération des énergies renouvelables, pour encourager et faciliter leur développement.
Ces mesures viennent s’ajouter à différentes obligations réglementaires préexistantes. Premièrement à celles de la loi climat et résilience de 2021, qui prévoit l’intégration d’un procédé de production d’énergie renouvelable sur les bâtiments neufs, en extension, ou à rénover, sur 30 % de leur toiture à minima (selon le type de bâti). Deuxièmement à celles du décret tertiaire de 2019, qui impose une réduction des consommations d’énergie pouvant être réalisée par l’autoconsommation d’une production solaire photovoltaïque locale par exemple.  
Comme évoqué précédemment, il est important de rappeler l’intérêt de l’énergie solaire photovoltaïque au regard de la stratégie de Zéro artificialisation nette (ZAN) fixée à l’échelle régionale ; le solaire pouvant se développer très largement sur des surfaces déjà artificialisées.

Des outils et des données au service des territoires
Dans ce contexte, pour favoriser le développement massif du solaire photovoltaïque en Île-de-France, une connaissance fine des gisements est nécessaire pour mieux outiller les collectivités dans l’identification de leurs potentiels et la définition de leur stratégie.
L’AREC a ainsi produit et mis à disposition des données très fines sur les gisements solaires des toitures et des parkings de plus 1500 m². Ces données permettent à l’échelle de chaque toiture et de chaque parking, d’en préciser la typologie selon un découpage précis (habitat, enseignement, équipement, activités économiques, etc.), la surface exploitable et la production théorique d’électricité.
Ce travail se fonde sur une modélisation précise prenant en compte l’ensoleillement réel tout au long de l’année, les caractéristiques techniques des toitures (ombrages, cheminés, orientation, inclinaison, etc.), des parkings (orientation des places de stationnement, voies de circulation, etc.) ainsi que des installations (hauteur, inclinaison, rendements du système et des panneaux, etc.).

Ces données sont disponibles sur la plateforme Open data de L'Institut Paris Region ou consultables sur les deux cartographies interactives dédiées (toitures et parkings).  Cliquez ici.

Lire la suite du dossier, cliquez ici.

En savoir plus / Source : www.arec-idf.fr

Copyright 2013 - Magazine des professionnels de la Filière Électrique - Électro magazine