Diffusée grâce aux partenaires d’associations d’anciens élèves ingénieurs, elle permet de mieux apprécier les profils des ingénieurs et leur déroulement de carrière.

Après une première collaboration en 2016, le SERCE a demandé à l’IESF de réaliser un nouveau focus sur la population d’ingénieurs travaillant au sein des entreprises adhérentes qui interviennent dans les secteurs du génie électrique et climatique.

Facilité d’embauche, emplois pérennes, mobilité, rémunération et avantages… les profils d’ingénieurs sont toujours très recherchés par les entreprises sur le marché de l’emploi et offrent de nombreuses opportunités.

Un rajeunissement et une féminisation de la profession dans le génie climatique
Plus de 14 000 ingénieurs travaillent dans le génie électrique et climatique, principalement en province (63,1 %). Les ingénieurs du génie climatique sont trois fois moins nombreux que ceux du génie électrique.
L’enquête réalisée en 2019 atteste un rajeunissement sensible des effectifs ingénieurs dans le génie climatique où l’âge médian est de 32 ans, contre 36 ans dans le secteur du génie électrique.
Le secteur du génie climatique semble bénéficier du contexte porteur favorable à la féminisation progressive des métiers d’ingénieurs dans le bâtiment et l’intérêt des femmes pour l’ingénierie liée à l’environnement.
Si elles sont encore peu présentes (20 % des collaborateurs de moins de 30 ans sont des femmes), l’enquête révèle une légère progression du nombre de femmes ingénieurs dans le génie climatique, doublée d’un rajeunissement : une femme sur deux travaillant dans le génie climatique a 30 ans ou moins, vs 33 ans dans le génie électrique.

Un secteur d’activité attractif qui permet d’accéder rapidement aux responsabilités
Cette seconde enquête confirme et valorise la spécificité des profils ingénieurs spécialisés en génie électrique et climatique. Comparés à d’autres secteurs d’activité, 66 % des ingénieurs du génie électrique et climatique exercent des responsabilités hiérarchiques (seulement 48,1 % pour l’ensemble des ingénieurs tous secteurs confondus) et ils sont près de 11,6 % à accéder à des postes de Direction Générale (contre 7,5 % tous secteurs confondus). Avant 30 ans, ils sont 58 % à exercer des fonctions d’encadrement (contre 48 % pour l’ensemble des ingénieurs).

Une entrée dans l’emploi facilitée par les stages et l’apprentissage
Près de 39 % des ingénieurs du génie électrique et climatique ont trouvé leur premier emploi grâce à un stage ou à l’apprentissage (contre 12 % des ingénieurs tous secteurs confondus). Ils occupent des emplois pérennes (98 % ont un contrat à durée indéterminée) et 82,3 % n’ont connu aucune période de chômage (contre 77 % des ingénieurs exerçant dans un autre domaine d’activité).
Les entreprises de la profession rencontrent toutefois de plus en plus de difficultés pour recruter des ingénieurs d’études (51,7 %) et des chefs de projet (46,6 %).

Des salaires comparables à ceux des autres ingénieurs
À localisation et âges équivalents, les salaires des ingénieurs du génie électrique et climatique sont comparables à ceux des autres ingénieurs. S’ils bénéficient des mêmes avantages de rémunération que les autres ingénieurs, ils disposent plus souvent d’un véhicule de fonction (50 % contre 20,7 % dans les autres secteurs d’activité).

Éthique et valeurs de l’entreprise
Pour la première fois, l’enquête propose des indicateurs liés à l’éthique individuelle et son adéquation avec les valeurs de l’entreprise.
Dans l’ensemble, les valeurs morales (76,8 %), le respect (79,2 %), l’égalité (68,7 %) et l’humanisme (57,2 %) sont des valeurs fortes partagées par les ingénieurs du secteur du génie électrique et du génie climatique. Les taux sont mêmes supérieurs à ceux mesurés pour l’ensemble des ingénieurs.

Consultez le focus en ligne, cliquez ici

En savoir plus :
www.serce.fr
www.metiers-electricite.com

Source : www.c-commevous.com

Copyright 2013 - Magazine des professionnels de la Filière Électrique - Électro magazine