Produits et Vidéos
Conrad - Voltcraft, pince ampèremétrique
Aiphone - Système IX, portier vidéo
Thorn - Champion et Contrast, nouveaux luminaires
HellermannTyton - Gaines tressées série HEGTB5
Comelit Immotec : Secur HUB, vidéo

Améliorer l'efficacité des DataCenters, le livre blanc d'ABBLe DataCenter, qui héberge la donnée et son traitement, est le cœur des organisations ABB. La crise Covid-19 a rappelé son rôle essentiel. Un phénomène qui va aller en s’accélérant avec la multiplication des usages et du volume des données ainsi que la transformation numérique. Pour autant, la donnée a un coût !

Le DataCenter représente une charge importante pour l’entreprise, qu’il s’agisse de l’alimenter en énergie, d’exécuter son informatique, ou de le refroidir. Il est l’objet de l’attention de ceux qui s’interrogent sur la transition écologique. C’est ainsi que l’efficacité énergétique du DataCenter est désormais une préoccupation pour ceux qui les financent, qui les opèrent, qui les consomment, ou qui les observent. Et la crise impose une contrainte bien connue des organisations : la réduction des coûts. L’optimisation du DataCenter, dans ses infrastructures techniques comme informatiques, est désormais incontournable.

ABB édite un livre blanc dans lequel les experts dévoilent en plusieurs étapes comment - par des pratiques et des choix technologiques - maîtriser le DataCenter, le rendre plus efficace, plus efficient, moins énergivore, et ainsi limiter la progression des coûts opérationnels voire l’inverser en réalisant de substantielles économies.

– La première étape est celle de la mesure. Une unité s’impose, le PUE, le rapport entre la consommation énergétique globale du DataCenter et celle réellement consommée par son équipement informatique. C’est un sujet de discorde entre les professionnels du DataCenter, car tous n’ont pas les mêmes objectifs et ils ne le mesurent pas de la même façon. Il reste cependant un élément de comparaison, à la condition de comprendre ce qui influence son résultat.

– L’étendue des composants du PUE vient rappeler la nécessité d’une approche globale. La mesure du PUE s’effectue à partir des équipements électriques et thermiques du DataCenter, alors que le principal de la consommation énergétique va logiquement vers les équipements informatiques. Mais malgré la profusion des mesures alternatives au PUE, il n’existe pas de référence de l’industrie pour l’efficacité informatique. L’approche globale de l’infrastructure du DataCenter à celle de l’informatique s’impose.

– La pratique perdure, issue d’une vision ancienne chez les DSI, les équipements informatiques sont encore surdimensionnés afin de se protéger et de pouvoir répondre éventuellement à des pics d’usages. Le taux d’utilisation de ces serveurs reste réduit, mais les équipements inactifs continuent de consommer de l’énergie. Pourtant, de nombreuses pratiques, de la consolidation à la virtualisation, permettent de réaliser d’importantes économies.

– La consolidation des équipements est une étape importante. Le CPU (unité de traitement) qui équipe les serveurs consomme plus de la moitié de la puissance informatique. L’efficacité informatique est donc un axe essentiel de l’efficacité énergétique et passe par la consolidation des serveurs et le pilotage des processeurs.

– Les équipements électriques du DataCenter participent à l’efficacité énergétique globale. La qualité de l’alimentation électrique bénéfice de nombreux progrès qui améliorent le rendement des onduleurs modernes. Dans cette étape, l’efficacité énergétique s’améliore par le haut, et par la réduction des coûts d’exploitation.

– Le refroidissement contribue à près de la moitié de la facture énergétique du DataCenter, hors informatique. Mais l’augmentation de la densité des baies de serveurs vient limiter l’efficacité des systèmes de refroidissement traditionnels. Cette étape fait le constat des limites atteintes par le refroidissement par air et introduit le refroidissement liquide qui offre de nouvelles opportunités de maîtriser et de réduire la consommation.

– Et si nous mettions fin au tabou de la température ambiante... La vision traditionnelle impose une climatisation de 15° à 16° pour garantir une température ambiante de 22° à 23°. Mais les technologies et la qualité de fabrication des équipements informatiques ont largement évolué, et les constructeurs invitent aujourd’hui à relever ces seuils. Le moment est venu de revoir les pratiques de température au sein du DataCenter.

– Dernière étape, replacer le DataCenter dans son environnement. S’il est impossible d’envisager un DataCenter qui ne produit pas de la chaleur, pourquoi ne pas chercher à exploiter et valoriser cette chaleur perdue ? Et si le DataCenter devenait un fournisseur d’énergie occasionnel ? Des solutions existent aujourd’hui pour gérer efficacement les flux d’énergie.

L’augmentation de l’efficacité énergétique des DataCenters est plus qu’une nécessité, c’est un acte économique sensible tant pour les opérateurs que pour leurs clients, et c’est un acte citoyen et environnemental. Au-delà de ses usages, le DataCenter efficace, optimisé et maîtrisé est invité à devenir une référence et un acteur de l’environnement.

Data center, en savoir plus sur l'offre ABB, cliquez ici

En savoir plus : www.abb.com

Source : www.infocom-industrie.fr

Copyright 2013 - Magazine des professionnels de la Filière Électrique - Électro magazine